Accueil
j'aime écrire
j'aime flâner
j'aime défumer
j'aime prendre du recul, relativiser
j'aime me reposer
j'aime créer
j'aime la famille, les amis
J'aime les virtuelles échappées
J'aime l'avenir
J'aime naviguer sur le web
J'aime les lieux poétiques
J'aime idéaliser
J'aime mon site !
Livre d'or et Sites amis
A Paris

 

« En capitale. »

 

 

   


 

J’aurais dû longuement m’asseoir

Pour admirer la ville,

Capter la rumeur des comptoirs

Ou celle d’une terrasse tranquille.


J’aurais dû fouiner, traîner d’aventure,

Tout en dénichant quelque endroit magique,

Presque m’égarer d’urbaine sinécure

Au remord secret du strident trafic.


Dans la douche folle du piéton pressé,

J’aurais fait aussi un pèlerinage

Et revisité mes anciens quartiers,

Malgré au lointain, l’odeur de l’orage.


Alors j’aurais fui au funiculaire,

A moins qu’à l’abri d’un grand magasin

J’eusse enfin trouvé la meilleure affaire

Et fus maquillée par d’expertes mains.


J’aurais dû encore flâner vers les squares :

Y accumuler mil rires en arpège,

J’aurais trimballé un vieux roman noir

Mais sans pouvoir lire à cause du manège !


J’aurais déniché chez les bouquinistes

Une gravure de la Cité des fleurs,

Puis au bord des quais croisé des artistes ...

Hôtel du Palais : rêvant d'ascenseur !


En montant le long de la rue Belliard

J’aurais fait les puces en fin de journée,

Tu m’aurais rejointe un peu au hasard

On n’aurait pas pu se téléphoner !


J’aurais afin de tout remémorer

Arpenté Tolbiac, en vélo, l’école,

Barbès, quat’saisons et le Châtelet

Puis de la Chapelle, square des Batignolles.


Au détour d’églises, j’aurais dû prier,

Donner au clochard plusieurs cigarettes,

Cueillir une guitare à Saint-Germain-des-Prés

Et puis tard le soir chercher ma baguette…


Au bout d’un passage alors inconnu

Soudain fatiguée, j’aurais découvert

Sous une tonnelle verte et incongrue

Deux bancs : oxygène prés d’une fontaine d’air


J’aurais dû choisir les voix aériennes,

Me gaver de toits, de couloirs, de rues ;

Bus, petite ceinture, Maraîchaux, Vincennes,

Périph’, publicité, tintamarre, cohue !


J’aurais … j’aurais pu rester à Paris

Sans collectionner les tickets-reliques,

J’y retournerai : terrasses et ciel gris

Les souvenirs n’en seront que plus chics !

 

 

 

Vue du Sacré Coeur, Paris XVIII ème,  depuis la cité

"Montmartre aux artistes" où vécut Vasyl KHMELUK.

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2010